Echanges d'informations entre polices municipales
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Violences urbaines / Violences physiques envers la police

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Mer 1 Nov - 22:34

Bonsiur,

Article paru dans le Figaro du 01/11/2006 :

Citation :
Pas d'excuses pour les mineurs
L'éditorial d'Yves Thréard.
Publié le 01 novembre 2006 Actualisé le 01 novembre 2006 : 08h57

Fallait-il que l'attaque se pro­­duise à Marseille, ville que l'on disait à l'abri des violences urbaines ? Fallait-il que la victime soit une jeune Sénégalaise, issue des mêmes quartiers modestes que ses agresseurs présumés ? Fallait-il que ces derniers soient âgés de 15 à 17 ans ? Fallait-il tout cela pour que les moins convaincus comprennent que la délinquance en France est beaucoup le fait de mineurs, qu'elle n'épargne personne, y compris les immigrés, ni aucun quartier ?

Au-delà de la guéguerre sémantique, les mots choisis, à gauche comme à droite, expriment le même malaise, dénoncent la même réalité, traduisent la même exaspération : cela ne peut plus durer. Jean-Pierre Chevènement en avait choqué certains avec les « sauvageons » ; Nicolas Sarkozy les avait indignés avec la « racaille ». Aujourd'hui, Laurent Fabius n'hésite plus à traiter les fauteurs de trouble de « salopards », et Arlette Laguiller à s'en prendre aux « imbéciles criminels », auteurs d'un « acte inexcusable ».

Il n'est jamais trop tard pour ouvrir les yeux. Les chiffres de la violence augmentent, 180 000 mineurs sont, chaque année, mis en cause, une moitié d'entre eux sont âgés de 13 à 15 ans lorsqu'ils sont traduits en justice. Mais si la gravité du constat commence à être partagée, les solutions, elles, divisent encore. Et là, la gauche, saisie par ses traditionnels démons, chausse ses vieilles lunettes. Pour accuser le ministre de l'Intérieur de « pompier pyromane », et asséner sa culture de l'excuse. Refusant d'admettre que c'est précisément celle-ci qui a favorisé le développement de la délinquance dans les banlieues.

La prévention est une nécessité et, à ce titre, Marseille a souvent été citée comme modèle avec ses quartiers, tous reliés au centre-ville, le fourmillement de ses associations de proximité, le rôle fédérateur de son prestigieux club de football. N'empêche, comme cela aurait pu se passer partout ailleurs, une jeune femme vient d'y être brûlée à 60 % par des jeunes qu'il faut cesser de prendre pour d'inconscients gamins livrés à eux-mêmes.

Sans une réponse ferme à la violence de leur acte, combien d'autres continueront à détruire des vies, à casser notre société. Car ce sont bien les buts recherchés, en toute connaissance de cause. Cessons de croire qu'ils poussent un cri de désespoir ou de révolte, ils flattent d'abord leur orgueil en mal de publicité. Aujourd'hui, la mode est à l'attaque d'autobus. Demain, à celle de crèches, d'hôpitaux, de maisons de retraite ? Leurs cibles ne sont plus seulement les symboles de l'ordre, mais tout ce qui contribuera à les singulariser comme autant de faits d'armes.

Une refonte complète du régime pénal des ­mineurs, et donc de l'ordonnance de 1945, plusieurs fois modifiée, mais trop timidement, pourrait notamment mettre fin à la spirale de la délinquance juvénile. Nicolas Sarkozy restera-t-il longtemps le seul à briser le tabou ?

On ne voit pas une société qui puisse survivre sans se faire respecter, et une règle subsister sans sanction. La loi qui dissuade est aussi celle qui protège. Y compris les adolescents d'eux-mêmes.

Voilà un texte intéressant qui reflète bien la réalité de la situation d'aujourd'hui. A le lire, on remarquera que des personnalités politiques, de toutes tendances, tiennent les mêmes propos : un tel acte, je parle de celui de Marseille, est une horreur inexcusable.

Quand aux auteurs de ce fait, personnellement, je ne trouve pas de mots assez durs pour les qualifier. Mais, si les interpellés, qui sont mineurs, en sont bien les auteurs, il faut qu'ils payent chèrement leur geste

Mais ne faut-il pas rechercher également les responsabilités des parents qui ont laissé dériver leur progénitures Question : dans un reportage passé à la télévision au journal de 13 heures, le père d'un d'entre eux a été interwievé et sa seule déclaration a été de s'en prendre aux policiers, trouvant scandaleux que son fils soit interpellé.

De tels propos me scandalisent Exclamation

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Ven 3 Nov - 1:14

Bonsoir,

Article paru sur la Gazette des Communes relatif à l'affaire de Savigny le Temple :

Citation :
Sécurité - 02/11/2006
Polémiques et désenchantement policiers sur fond de violences urbaines

La base policière, sous pression dans les banlieues, manifeste un certain désenchantement à l'égard du ministre de l'intérieur alors que des polémiques entourent des interventions des forces de l'ordre dans des quartiers sensibles un an après les émeutes de 2005.
Un responsable régional d'Alliance (1er syndicat de gardiens de la paix), Yves Louis, a clairement demandé, la semaine dernière au cours d'un meeting, au "ministre-candidat" Nicolas Sarkozy de "quitter ses fonctions" et de "se consacrer à ses ambitions personnelles".
S'en sont suivies de vives discussions au sein des syndicats de police, en pleine compétition avant les élections professionnelles de novembre.
Selon plusieurs sources syndicales policières, M. Louis a résumé le "sentiment de plusieurs policiers de base confrontés à des violences urbaines et des agressions".
Des révélations de présumés dysfonctionnements internes sont venues alourdir le climat.
Des gendarmes de Grenoble (Isère), agissant sur commission rogatoire d'un magistrat, ont affirmé n'avoir pu effectuer, le 21 octobre, à quelques jours de l'anniversaire des émeutes, une perquisition au domicile d'un présumé trafiquant dans une zone sensible du Nord de la France.
Sur le procès-verbal, reproduit le 2 novembre dans Le Parisien, ils disent avoir appris par leur "hiérarchie" que le préfet n'autorisait "pas les opérations de police dans ce secteur actuellement, pour des raisons d'ordre public".
Alors que les gendarmes ont été démentis par le commandement de la gendarmerie, Nicolas Sarkozy a demandé au préfet du Nord de "mettre en place tous les moyens" nécessaires à l'intervention des enquêteurs.
Cette affaire est révélée après que le "patron" de la police de Seine-et-Marne, Jean-Claude Menault, eut décidé pour sa part de relâcher le 28 octobre une soixantaine de personnes interpellées après des dégradations de véhicules.
Cette décision a suscité le 1er novembre la colère de plusieurs syndicats de police qui ont réclamé une enquête interne.
Beaucoup observent cependant que "Sarko I (sous son premier ministère), qui a beaucoup réformé et s'est beaucoup déplacé sur le terrain, ce n'est pas du tout Sarko II", aux regards fixés sur l'horizon de la présidentielle.

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Ven 3 Nov - 1:17

Bonsoir,

Ca bouge également dans le département des Yvelines Exclamation

Article paru dans la Gazette des Communes :

Citation :
Sécurité - 02/11/2006
Ile-de-France. Série d'incidents contre des bus dans les Yvelines

Plusieurs bus ont été pris pour cibles le 31 octobre au soir dans les Yvelines par des jets de pierres sans provoquer de blessés ou aboutir à des interpellations, a-t-on appris le 1 novembre de source policière.
La série d'incidents a commencé à Trappes où un bus a été la cible de jets de projectiles vers 19h00. Quelques minutes plus tard, un autre bus a été à nouveau pris pour cible, cette fois-ci à Buc.
Vers 20h00, la vitre latérale d'un bus à l'arrêt a été brisée par des pierres dans le quartier Beauregard à Poissy et une demi-heure plus tard un cocktail Molotov, qui n'a pas pris feu, a été lancé à Guyancourt sur un autre bus.
Par ailleurs, les forces de l'ordre ont été victimes, le même jour, de jets de pierres à Mantes-La-Jolie vers 20h00 et à Elancourt vers 21h00 alors qu'ils escortaient des pompiers venus éteindre des voitures en feu.
Cependant, aucun autre débordement n'a eu lieu pendant la nuit.
Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Ven 3 Nov - 2:07

Bonsoir,

Article paru sur le site internet du journal "Le Monde" :

Citation :
Bus incendié: quatre mineurs mis en examen et écroués
AFP 02.11.06 | 22h58

Quatre des cinq mineurs interpellés mardi en lien avec l'incendie criminel d'un bus à Marseille, dans lequel une jeune femme a été grièvement brûlée samedi, ont été mis en examen et écroués jeudi soir, a-t-on appris auprès du procureur de la République Jacques Beaume. Le cinquième, âgé de moins de 16 ans, entendu comme témoin assisté, a été remis en liberté. Les quatre mineurs, âgés de 15 à 17 ans, ont été mis en examen pour "incendie volontaire ayant entraîné une infirmité ou une mutilation permanente" sur la personne de Mama Galledou, la passagère de 26 ans grièvement brûlée dans l'incendie du bus samedi soir, qui est toujours entre la vie et la mort. "Ils ont été placés en détention", a précisé M. Beaume. Le juge d'instruction a ainsi suivi les réquisitions du parquet. Sur les quatre jeunes mis en examen, si trois d'entre eux ont admis "avoir eu des actes personnels en lien avec cet incendie", "aucun n'a admis être l'auteur du versement de l'essence ni d'avoir mis le feu", a précisé jeudi le procureur lors d'une conférence de presse. S'ils sont traduits aux assises, les incendiaires risquent 30 ans de réclusion criminelle. Une autre information pour "infirmité ayant entraîné une incapacité de travail de huit jours ou plus" a également été ouverte. Elle concerne les quatre autres passagers intoxiqués lors de l'incendie. Mama Galledou, grièvement brûlée dans l'incendie du bus samedi soir, était toujours jeudi entre la vie et la mort dans "un état clinique stationnaire", sans "aucune complication significative", selon l'hôpital qui la soigne.

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Invité
Invité



MessageSujet: et encore, on oublie Roubaix!!!   Ven 3 Nov - 23:45

Bonsoir à tous, et surtout aux keufs (comme disent les autres)

Je suis tombée par hasard sur ce site.Razz
Qu'est ce qu'on peut en lire hein!!! Et encore, on ne sait pas tout!!! Alors je vais en rajouter.

Le 25 octobre 2006, dans ce merveilleux quartier des 3 ponts où j'habite, il y a eu quelques problèmes entre policiers et "jeunes" (moi je ne les appelle pas jeunes, mais tout simplement r...... comme dit sarko). En fait, ils ont simplement jeté des cailloux sur une voiture de police qui faisait son petit tour, et bien sur, toutes la bande est arrivée. Des cris, des insultes... Une voiture est arrivé dans le parc en bas de chez moi, j'ai filmé ce que j'ai pu, on sait jamais, ca peut servir!!! Et là, j'ai vu la voiture de police renverser un des petits cons. Bah pas tres fort, mais son vélo est fichu:bounce:. J'etais contente.

Je voulais juste dire que j'en ai marre d'entendre qu'ils se revoltent ces jeunes car pas de boulot, pas de ceci, pas de cela. Il faut bien l'admettre, ils ne veulent pas travailler, ils ne font rien a l'ecole, et ils sont nes pour etre comme ca. De toute facon, avec la gueule qu'ils ont, ils peuvent rien faire, quant aux parents, ils sont ici pour profiter de la france et rien d'autre.

Ca fait 6 ans que j'habite dans ce quartier pourri, que je n'arrive pas à demenager, car pas de boulot. Eh oui!!! mon mari et moi on est au RMI!!! Ah zut!!! On a pas encore brulé de voiture nous!!! On n'est pas dans la norme!!! Tout ca pour dire que je suis dégouttée qu'on donne toujours des excuses à ces m....!!!

Moi? Raciste??? Oui!!! Mais seulement de ces gens là!!! Je suis mariée à un Egyptien farao, qui vit avec moi depuis 5 ans, et il ne voyait pas la France comme ca. Pour lui, la France devient musulmane... Surtout apres tout ce qu'il entend autour de lui ( du style on va les avoir ces français). Enfin...Passons!!!

La bonne nouvelle, c'est que mon mari a trouvé du travail a Bordeaux, donc dans 3 mois, basta Roubaix!!!

A bientot... Bye
Revenir en haut Aller en bas
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: 8 policiers municipaux roués de coups !   Lun 13 Nov - 17:07

Bonjour,

Article paru dans Paris Normandie du 13/11/2006 :

Citation :
Huit policiers roués de coups au Havre


Les policiers municipaux ont été passés à tabac près de l'ancienne tour Komarov, où ils opéraient un contrôle routier.

Un banal contrôle routier a dégénéré en opération commando contre huit policiers municipaux, vendredi après-midi, à Caucriauville, dans la ville haute du Havre. Les fonctionnaires ont été blessés plus ou moins gravement par un groupe d'une vingtaine d'assaillants, à l'angle des avenues Vladimir-Komarov et du Mont-le-Comte. Le plus sérieusement atteint s'est fait poser six points de suture à l'arcade sourcilière, après avoir reçu des coups au visage. Tous ont quitté les établissements de soins où ils avaient été conduits peu après les faits.
Trois agresseurs présumés ont été interpellés dans la foulée par la police nationale. Placés en garde à vue, ils ont été déférés au parquet du Havre, qui a ouvert une information judiciaire. Hier, les deux majeurs et le mineur suspects ont été présentés devant un juge d'instruction, qui les a mis en examen pour violences sur agents de la force publique et dégradations. Ils nient les faits. Le juge des libertés et de la détention a décidé d'écrouer l'un des jeunes adultes, et de remettre en liberté sous contrôle judiciaire le second. Le mineur a été placé dans un foyer. L'enquête sous commission rogatoire doit permettre d'identifier une quinzaine d'autres protagonistes, qui se sont acharnés sur les agents. « Il s'agit d'une attaque imprévisible d'une extrême violence, sans aucune raison. Ces faits sont inacceptables ! » commente Bertrand Binctin, adjoint au maire chargé de la sécurité, responsable à ce titre de la police municipale du Havre.

Les coups pleuvent.
Les voyous ont profité de la présence prolongée des policiers au pied de leurs immeubles, vers 15 h 30 : dans un premier temps, une patrouille de trois fonctionnaires interpelle un automobiliste en infraction. Un second équipage et deux îlotiers municipaux se présentent. Ces hommes et femmes ignorent que des individus malveillants les ont repérés. Tout à coup, une meute sort de nulle part et fond sur les huit agents. Les coups pleuvent : coups de poings, de pieds, de barre de bois, jets de cailloux. Les victimes appellent des renforts et se protègent comme elles le peuvent.

ARNAUD COMMUN

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Jeu 7 Déc - 21:53

Bonsoir,

Le projet de loi sur la prévention de la délinquance qui a été voté ce 5 décembre par l'Assemblée nationale, crée deux nouvelles qualifications d'infractions perpétrées contre "toute personne dépositaire de l'autorité publique".

1) le guet-apens: puni de 10 à 30 ans de réclusion criminelle.

2) L'embuscade: 5 ans et 75 000 € d'amende et 7 ans avec 100 000 € si elle est commise en réunion.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter l'article 26bis A (nouveau) de ce projet de loi qui doit être voté par le Sénat en janvier 2007.

Bien cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Sam 20 Jan - 20:24

Bonsoir,

Cet après midi, à Combs la Ville, des affrontements ont eu lieu entre 2 bandes rivales dans l'enceinte de la gare RER/SNCF.

Ces jeunes, de Combs la Ville et du Mée sur Seine, pour certains armés de chaine, se sont battus devant des usagers médusés par la violence des actes.

Par ailleurs, de nombreuses dégradations ont été commises contre les installations et équipements de la gare.

L'intervention des forces de l'ordre a permis l'interpellation d'au moins 8 individus qui ont été placés en garde à vue pour violences en réunion et avec armes.

Pourtant, l'anniversaire des violences de Novembre 2005 et les fêtes de fin d'année ont été sur cette commune une période de calme.

Doit-on craindre une reprise de ces violences pour la Ville nouvelle de Sénart Question

Quand on connait les rivalités qui existent entre des bandes de certaines communes (Combs-la-Ville, Moissy-Cramayel, Savigny-le-Temple, Le Mée-sur Seine), on peut redouter le pire, mais seul l'avenir le dira Exclamation

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Dim 21 Jan - 14:24

Mon cher kiki77500,

Rien d'étonnant, le problème des violences n'a pas été résolu et je ne vois pas de grandes mesures suceptibles d'enrayer un phénomène qui dépasse la shère "police" et celles des actions préventives qui sont mises en place. Il s'agit d'un problème de société.

La question est: de quelle société voulons-nous ?

A noter que, la SMACL (Société mutualiste d'assurance des collectivités territoriales) a déposé 120 recours contre l'Etat pour lui faire supporter sa part de responsabilité dans les violences urbaines de 2005.

Bien cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Mar 13 Mar - 10:57

Bonjour,

Ci-dessous, article paru sur le site de la Gazette des Communes le 13 mars 2007 :

Citation :
Sécurité - 12/03/2007

Ile-de-France. Hausse des violences en 2006 sur le réseau Ile de France de la SNCF


Les actes de violence contre les personnes ont augmenté de 9% sur le réseau Transilien (Ile-de-France) de la SNCF en 2006, et les atteintes contre les agents des chemins de fer de 16%, a annoncé l'entreprise le 12 mars.
2.807 "atteintes contre les voyageurs" (+9%) ont été enregistrées et 516 (+16%) contre les personnels de la SNCF, alors que le nombre des vols simples a baissé de 23,8%, avec 1.331 cas enregistrés, selon des chiffres rendus publics.
Le réseau Transilien, emprunté par plus de 2,5 millions de voyageurs par jour, à bord de 5.700 trains, a enregistré 14.004 actes de malveillance (+9,2%) en 2006. Près de 52% de ces incidents sont des déclenchements injustifiés de signaux d'alarme.
La fraude est évaluée à 50 millions d'euros par an, le taux de fraude étant selon la SNCF en baisse, à 9,9% en 2006, contre 12,2% en 2005. "Les signaux d'alarme, c'est notre poison. 99% sont injustifiés", a déclaré Alain de Saint Riquier, directeur adjoint de Transilien. Plus de 75 trains par jour sont touchés par des incidents comme un bagage abandonné (210 en 2006, en légère décrue par rapport à 2005), des jets de projectile, des signaux d'alarme, a indiqué pour sa part Christian Rivet, directeur de la sûreté de la SNCF.
L'ensemble de ces causes d'incidents externes a augmenté de 20% en 2006.
Transilien va lancer une campagne de sensibilisation sur les thèmes de la sûreté et de la sécurité, avec un dépliant distribué à 700.000 exemplaires dans 25 gares sur le rôle des différents personnels et services.
Une campagne d'affichage d'une semaine sous le slogan "On est tous dans le train", démarrera par ailleurs dans les gares le 28 mars pour sensibiliser et responsabiliser les voyageurs.
Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Dim 25 Mar - 21:44

Bonsoir,

Une policière municipale sauvagement agressée

Après l'agression tragique du chef de la police municipale de Chambourcy (Yvelines) mercredi, une autre fonctionnaire - de la police municipale d'Emerainville (Seine-et-Marne) cette fois - a été sauvagement assaillie jeudi soir vers 17 heures 30, 18 heures à une centaine de mètres du poste, non loin du quartier sensible du Clos-d'Emery.
Adeline*, 47 ans, patrouillait à pied, dans la rue à proximité du poste de police municipale dans la rue du Lapin-Vert en compagnie d'un agent de surveillance de la voie publique. Une source proche de l'enquête raconte qu'ils se sont étonnés de voir un scooter passer deux ou trois fois près d'eux pendant qu'ils contrôlaient un administré. Brusquement, ils sont tombés nez à nez avec quatre ou cinq individus - dont un était encagoulé et les autres cachés par leur capuche et leur écharpe - qui les ont aspergés de gaz lacrymogène. Adeline, armée d'un revolver Beretta, a voulu reculer pour sortir sa propre bombe mais elle a été balayée par un crcohe-pied de l'un des agresseurs.
Son collègue est parvenu à s'extraire de l'embucade mais la policière n'a rien ou faire. Toujours au sol, elle a été rouée de coups par ses agresseurs qui n'ont pas hésité à lui sauteur dessus à pieds joints alors qu'elle tentait de se protéger en se recroquevillant. L'agent de surveillance a réussi à faire fuir la bande en faisant usage de sa propre bombe lacrymogène. Sous le choc, l'agente, qui avait deux ans d'ancienneté dans la police municipale, a eu le nez cassé, le front ouvert et de multiples ecchymoses. L'unité médico-judiciaire de l'hôpital de Lagny lui a accordé sept jours d'interruption totale de travail. Violence gratuite ou acte de représailles ? Les policiers de Noisiel, en charge de cette affaire, penchent pour la seconde option. La voiture de la police municipale, dans laquelle se trouvait la policière agressée, avait en effet été caillassée le matin même à proximité du quartier sensible du Clos-d'Emery. Adeline avait reconnu un de ses assaillants qui avait été interpellé. "Nous recommanderons désormais aux agents de la police municipale de patrouiller au Clos-Emery uniquement en voiture et non à pied, a indiqué Alain Kelyor, le maire (UMP) de la commune. Cela devient trop dangereux pour eux."

*le prénom a été modifié pour préserver la victime.

Source: le Parisien du samedi 24 mars 2007.

Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Lun 2 Avr - 15:42

Bonjour,

Ci-dessous, l'article paru sur le site de la Gazette des Communes le 26 mars 2007 :

Citation :
Sécurité - 30/03/2007
Ile-de-France. Un syndicat de la police municipale dénonce «un quotidien de plus en plus violent»

Après la violente agression subie le 22 mars par une policière municipale d’Emerainville (Seine-et-Marne), alors qu’elle prenait la fuite face un «groupe de 5 personnes, cagoulées», le représentant de l’Union nationale des agents de police municipale (Unapm) en Ile-de-France, Arnaud Libert, dénonce «un quotidien de plus en plus violent». «En banlieue, les effectifs de police nationale sont insuffisants. Du coup, la municipale doit occuper davantage le terrain», explique-t-il. Le maire de la ville, l’UMP Alain Kelyor, réclame de son côté que les policiers municipaux puissent porter des Taser, pistolets électriques, ou des flash-ball, pistolets à balle en caoutchouc. Le préfet le refuse. Une marche silencieuse est organisée le 31 mars à Emerainville en hommage à la policière victime, qui s'est vue prescrire 11 jours d'ITT.
Hervé Jouanneau

Si l'on peut comprendre la position du maire de la commune pour que ses agents de police municipale soient équipés de Taser, il ne faut pas perdre de vue que ce type de matériel a été classé en armement de 4ème catégorie.

Mais de grâce, que l'on ne nous fasse pas croire que c'est le préfet qui refuse : en effet, les dispositions de l'armement des policiers municipaux est prévu par décret n° 2000-276 du 24 mars 2000 et la circulaire n° NOR/INT/D/00/00072/C du 06 avril 2000. Le décret prévoit que les policiers municipaux ne peuvent être armés que d'une arme de calibre 38 spécial ou 7,65.
Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Lun 2 Avr - 21:11

Suite à cette agression est ce que le flash ball aurait été efficace car n'oublions pas que c'est une arme à l'origine anti-émeute qui ne peut-être utilisé à moins de 10 mètre pour être optimiste!

Néanmoins, l'agression de la collègue est innaceptable et doit être sévèrement punie.
Revenir en haut Aller en bas
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Lun 2 Avr - 21:29

Violences urbaines : ça continue !

Ce week-end, des affrontements se sont déroulés entre des jeunes des quartiers sensibles et les forces de l'ordre à MEAUX.

A l'origine : un simple accident de moto conduite par une jeune qui s'est malheureusement tué.
Intervention des Sapeurs pompiers puis arrivée de la police pour les contatations d'usage.

A ce moment, des groupes de jeunes s'en sont pris au force de l'ordre : le bruit courait que le motocycliste s'est tué suite à une course poursuite.

Démenti formel du commissariat de Meaux dont les fonctionnaires sont intervenus sur les lieux dic minutes après l'accident.

Diurant près de trois heures, des échaffourées ont opposé forces de l'ordre locales et renforts de CRS contre des groupes de jeunes très mobiles.

Bilan : 4 blessés dont un sérieusement parmi les forces de police, 3 véhicules incendiés et une vitrine de bar tabac brisée.

Cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
kiki77500
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 349
Age : 61
Localisation : Chelles
Humeur : Elle varie selon les jours
Loisirs : Le site PM 77 et son forum
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Jeu 5 Juil - 9:50

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous, un article paru sur le site de la Gazette des Communes en date du 05 juillet 2007.

Citation :
Sécurité - 04/07/2007

Un rapport de l'Inhes sur les émeutes 2005 pointe du doigt les "carences" de la police

Les "carences" d'une police prise par "surprise" et dont le temps de réaction a semblé "souvent long" pendant les émeutes urbaines de 2005 est pointé du doigt dans un rapport de l'Institut national des hautes études de sécurité(Inhes) publié le 2 juillet.
Ce rapport réalisé par Olivier Hassid, dont une présentation est disponible, est paru dans la nouvelle formule des Cahiers de la Sécurité Intérieure de l'Inhes. C’est une étude sociologique que l'auteur qualifie d'"autopsie" des émeutes.
Il y déplore l'absence, à cette époque, "d'indicateurs de violences urbaines", des "difficultés de commandement opérationnel", une "absence de régionalisation" de la police qui lui aurait permis de "mieux réagir" même si elle a su s'adapter.
Le temps de réaction des forces de l'ordre, note le rapport, a semblé "souvent long" et la police a parfois été "surprise".
Il regrette aussi la "mise en sommeil de la police de proximité" et des "cellules de veille" dans les quartiers sensibles ou "l'essoufflement des structures partenariales de prévention de la délinquance" et prône un certain nombre de solutions pour anticiper d'éventuelles nouvelles crises.
Décrivant le phénomène, l'auteur évoque un "effet mimétique" dans sa diffusion. Il observe l'existence de deux vagues de violences urbaines de nature différentes : des émeutes "de nature politique", dans un premier temps, puis une seconde vague, "plus festive", les blogs faisant leur apparition "dans le jeu".
Olivier Hassid préconise d'"améliorer la capacité d'anticipation" ou de "régionaliser la police". Des "améliorations" ont été faites avec des renforts de police notamment mais il n'y a pas, déplore-t-il, de "réflexion" au "plan national ou local".
S'appuyant sur les "témoignages d'acteurs" des émeutes, les statistiques du ministère de l'Intérieur et celles des fédérations d'assureurs, il détaille le "bilan global lourd", notamment en Seine-Saint-Denis.
Ce département a été, selon l'étude, le département le plus touché avec 10,8% du total des sinistres automobiles et 10,5% pour le reste. Le montant des sinistres par habitant s'élève à 33,44 euros contre 13,70 euros dans le second département le plus touché, la Saône-et-Loire.
Dans d'autres départements d'Ile-de-France, région la plus affectée par les violences, les montants sont moindres : 8 euros par habitant dans le Val d'Oise, 2,96 en Seine-et-Marne.
La ville la plus touchée dans le "9-3" est Aulnay-sous-Bois avec 98 sinistres estimés à 21 millions d'euros.
Dans le Tarn (près de 5 millions d'euros) et la Saône-et-Loire (7,5 millions d'euros), les sinistres relèvent d'actes isolés mais le coût de chacun est important.
Si les émeutes avaient continué cinq jours de plus, estime Olivier Hassid, le coût total aurait été de "500 millions d'euros" contre 150 millions, chiffres avancés par les assureurs en 2006.

Bien cordialement, lol!

_________________
Honni soit qui mal y pense
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pm77.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Violences urbaines / Violences physiques envers la police   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Violences urbaines / Violences physiques envers la police
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel
» police ?
» [Trucs et astuces] Police de caractères (suite 2)
» La police scientifique
» L'affaire Tomlinson met la police anglaise dans l'embarras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Informations Générales :: Violences Urbaines-
Sauter vers: